Ultra du Champsaur 2017 par Choa

Encore un trail où je ne devais pas venir et au final après insistance de Titi, Loizoo, Gérard, Coline, Stéphane et certainement d'autres me voilà arrivé le samedi matin, comme d'hab, avec mes parents bis :D
Aucune inscription de faite pourtant, j'hésite en effet entre les deux courses le 26km et le 55km (pour avoir quelques points UTMB....on ne sait jamais). Je me dis que sur place, le hasard fera bien les choses en espérant que l'une des deux courses soit complète, me facilitant ainsi la tache dans mon choix...mais il n'en sera rien.
J'opterai alors pour le 55km que je ferais avec Titi et Loizoo !!!! 8-) 
Nous passons l'après midi sur la place centrale d'Ancelle, assis au bar en voyant défiler tous les membres MTC.
Ce n'est pas la course du club, mais c'est impressionnant le nombre que nous sommes. Toutes les demie heure une nouvelle tête arrive. On doit être une trentaine.
J'ai vraiment passé un bon samedi d'avant course ;) ;) 
Nous restons jusqu'à 19h puis direction le studio de Gérard qui m'a proposé de me loger. Nous mangeons assez tot car le lever se fait à 4h du mat' pour un départ de Pont du fossé à 6h 8| 8| 8| 
La nuit n'est vraiment pas idéale, je me réveille toutes les heures....
5h50, Nous sommes enfin sur la ligne de départ, dans le froid, il doit faire 6 degrés et le jours se lève à peine.
Je me cale avec Titi et Loizoo et attaquons directement par une montée d'environ 800m de d+. Sabine, Gérard et Fred sont là également, Stéphane et Cyril nous ont déjà devancé. Les conneries fusent déjà et les coureurs autour de nous, doivent nous maudire....heureusement pour eux, le peloton s'étire rapidement. Le terrain est assez gras, les appuis précaire par endroit mais la montée puis la descente vers le premier ravito se passe sans souci majeur....Enfin Gérard arrivera quand même à s'en mettre une juste devant moi, sans gravité biensur :mdr1: 
Passé le premier ravito, nous abordons la première difficulté, une longue montée de 9km avec 1000m de D+.
Je choisi l'option égoiste en me mettant dans ma bulle avec écouteurs et musique dans mon walkman....Téléphone pardon. J'arrive à me caler sur un rythme et passe en tête du cortège devant Loizoo et Titi (qui doit être à sa 4ème pause pipi :lol: :lol: :lol: ).
Il ne fait heureusement pas très chaud et les paysages, avec cette lumière matinale sont superbes !!!!
La montée est ponctuée de quelques coups de cul mais nous rattrapons et dépassons du monde. Nous arrivons sur la crête au bout de 2 heures. Steeve décide d'attendre Titi. Je continue alors seul la descente sur un rythme vraiment lent. En effet le réseau étant revenu, je prends le soin de répondre aux textos et passer quelques coup de fils :) 
J'arrive au second ravito, km 23, le temps de me poser un peu et voir arriver assez rapidement Titi et Loizoo. On prend un peu plus de temps puis repartons dans une descente, direction la base de loisirs d'Orcieres pour ensuite attaquer la seconde grosse montée, du parcours.
L'ambiance est plus que décontractée, les conneries fusent, il n'y en a pas un pour rattraper l'autre. J'en garderais vraiment un excellent souvenir, entre les facebook live, les arrêts aux parcs enfants à la base loisir et autres conneries !!!! De grand moment de traileur !!!! :mdr1: :mdr1: :mdr1: 
Mais les choses sérieuse commencent c'est cette fois. 1000 mètres de D+ sur 6 km nous attendent pour arriver au col de la Rouannette. Il doit être 11h30, nous sommes au km 29 et le soleil commence à chauffer.
La première partie se fait à l'ombre sans grosse difficulté. Puis nous arrivons au bout de 2km à un autre ravito, où nous avons le plaisir de voir Morgane. C'est aussi le lieu de la barrière horaire. Nous avons 2h d'avance, et envisageons même de faire une sieste :lol: :lol: :lol: 
Nous décidons finalement de continuer et attaquons la deuxième partie de cette interminable cote. Heureusement nous traversons de temps en temps un cours d'eau qui nous permet de nous rafraîchir.
Pour ma part j'ai opté pour ma technique isolement + musique et avance à une cadence régulière.
C'est à peine le km 33 mais j'ai déjà les jambes lourdes, j'ai l'impression d'avoir du mal, mais le fait de distancer Titi et Loizoo tout en rattrapant d'autres coureurs me rassurent. Je vais effectivement doubler un peu moins d'une dizaine de personne dans cette montée, dont Sabine, qui avance drolement bien sur ce parcours (meme si cette montée lui pose quelque souci, mais plus dû à la chaleur).
J'arrive enfin au sommet du col où je vois Jean Phi. Le temps est brumeux sur ce versant. Ayant pas mal d'avance sur Titi et Loizoo je decide de ne pas les attendre, ni Jean Phi d'ailleurs :D :D . A présent c'est une longue descente qui m'attend, et allez savoir pourquoi, je ne ressens plus de fatigue !!! :malin1: :malin1: Je cours comme si je n'avais que 10km dans les jambes. Les sensations sont extraordinaires. Quel plaisir dans cette descente !!! Cette partie durera environ 5 km sur laquelle je dépasse pas mal de monde encore.
J'arrive ensuite au ravito de la plaine au quarantième, avant la montée vers le Piolit. Un petit coup de moins bien mentalement pointe le bout de son nez, alors je decide là encore de ne pas trainer. 3Km de faux plat montant que je ferais en marchant histoire de ne pas me griller, puis arrive le fameux et dernier raidillon, celui du Piolit. Je remet les écouteurs, et commence la montée dans une forme et un mental improbable pour moi a ce niveau de la course. Les musiques qui défilent me donne une pêche d'enfer, j'arrive même à chantonner (Philippe, prend garde a toi au karaoké !!!!). Là aussi je continue de grappiller des places.
Arrivé au sommet je ne m'attarde pas, le bénévole scanne mon dossards et zou je repars illico !
Devant moi une superbe descente technique que je descends à toute allure (rassure toi Lio, corps légèrement en avant, attaque medio pied et tout et tout).
J'ai l'impression de voler, j'ai toujours la pêche, le cardio est un peu haut mais ca va. Puis, allez savoir encore pourquoi.... je me dis que je peux mettre moins de 10h de course ou du moins pas beaucoup plus et décide donc de continuer sur cette allure. Il me reste 11km en un peu moins de 1h !!!!!!
Je me prend donc une petite gamelle :D :D, sans gravité, et direction le dernier ravito. Entre temps je dépasserai Stéphane (désolé de ne pas t'avoir attendu, mais j'avais vraiment en tête de réussir cet objectif de dernière minute).
Le cardio est de plus en plus haut, cela fait bien longtemps que je ne suis plus en aérobie et j'ai peur d'exploser à tout moment, mais je ne lâche rien. 
Arrivé au dernier ravito, je me mouille la tête, prend un vers de coca et repars de plus belle. Puis arrive cette montée d'1 km en goudron. Je décide de marcher un peu et reprend mon rythme une fois au sommet de celle ci. Il ne me reste plus que 3 km, la fin est, je trouve, assez longue et les sensations sont de moins en moins bonnes. J'arrive finalement dans le village, pas grand monde forcément dans la rue, mais cette arrivée m'a énormément plu. 8-) 8-) 8-) 
Je passe sous l'arche au bout de 10h15. 
Et c'est là que je me dis que si on fait pas les cons à faire des photos dans le parc enfant, je pouvais être en dessous des 10h :lol: :lol: mais je ne regrette rien c'etait trop bon !!!!
Au final une course en 2 parties, une avec mes compères ou j'ai pu apprécier les paysages et les délires et l'autre ou je me suis testé à finir un trail long seul et sur un rythme que je n'ai pas l'habitude d'avoir en course...encore moins sur un 50...mais j'ai moins eu le temps de voir le paysage. Je me suis quand même permis quelques photos ;) 
Le tout dans un week end parfait de A à Z !!!

Bravo à tous et principalement à ceux pour qui c'était leur première longue distance (Fred et Stéphane notamment).
Merci à Seb et Cathy, Gérard pour le logement et PatL et Sabine qui m'ont supporté (vu qu'ils logeaient parmi nous)
C'était un plaisir de courir avec vous Titi et Loizoo !! j'ai A-DO-RE !!!! Désolé de vous avoir laissé mais c'était pour la bonne cause ::d ::d ::d 
Et merci à tout le monde en fait

 !!! VIVE LE MTC !!!!