Trail Verbier Saint-Bernard by Stéph

Le "Grand Saint Bernard"... Rien qu'au nom j'aurai du me méfier... 😜😜😜
Le 3 Juillet : 3h45... Je suis au milieu de coureurs(ses) tous plus affûtés les uns que les autres, piafants d'impatience, frontale sur le front, montre réglée... Tous attendent le départ... "Mais qu'est ce que je fous là ?!?!?" Un combat dans ma tête commence... Il durera 29h49... J'appuie sur START... Je suis foutue, j'active la puce de mon dossard : le 244!!!
Ça part vite... Très vite... Personne ne se parle. Chacun essaye de se placer. Je me concentre sur ma foulée. Je relâche mes épaules et je me fonds dans la masse qui déroule jusqu'à la sortie de la ville. Un petit single s'enfonce dans la nuit où seules nos frontales brillent comme des lucioles à la queuleuleu. Juste le temps de se chauffer un peu et la descente vers Sembrancher s'amorce... Un lâcher de feu follés se déroule devant mes yeux... "Et les gars... On part pour 111km!?!?!" Au risque de me cramer, j'emboite le pas. Les jambes sont là... Je me prends au jeu... Plaisir de courir dans la nuit... Grisant !!! On verra bien la suite... Il me faut un peu d'endorphines pour me mettre dans la course... Gogogooooo 🏃🏼‍♀️
Premier ravito. Bizarre, je n'ai pas faim... Je prends un quartier d'orange, un morceau de pain d'épice, recharge mes fioles et repars. Première montée, le ton est donné : 1900m de D+ se dévoile au lever du jour. Je suis bien. Je double allègrement tout en me freinant. Je garde en tête les consignes de mon coach JP Camm "750m/h"... Je passe à 800 et lâche 5 filles derrière moi tout en me disant qu'elles me repasseront à la descente... mais pas grave 😅 petit kiff du matin😜.... Descente sur Champex que j'avais déjà vu de l'autre rive sur l'UTMB... Finalement, seulement deux me repassent devant. Je ne reverrai pas les 3 autres....
Depuis le départ je n'ai échangé avec personne... Chacun se toise... Il y a ambiance😅... Je reste le moins de temps possible à chaque ravito, des fois que je ne repartirai pas...🙄
Deuxième montée : Le point le plus haut à 2826m, la Cabane d'Orny. L'altitude se fait sentir: barre sur le front, nausées.... "Ça va passer... Ça à passer..." 🤞🤞🤞 La neige est là. Le ciel se couvre. La brise est glaciale par moment. Je me couvre. Toujours pas faim. Je tente une soupe 😵😵😵" C'est du sel à l'eau" 🤢🤢🤢 Les nausées s'accentuent... Tant pis... Je mets quelques denrées dans mon "doggy-bag" ( qui, pour la petite histoire, est un sac-à-crotte piqué à Verbier parce que je n'avais plus de sachet 😅💩😂) et j'amorce les 1600 m et des bananes de descente ultra technique en faisant de mon mieux pour ne pas me casser la figure et ignorer les soufflements agacés de mes suiveurs... 😕. J'arrive en bas. Du vallonné roulant se profile... Il faut courir, je crois😅🏃🏼‍♀️ Allons y !!! Quelques kilomètres avant le ravito de la Fouly, mon Bernard sort de derrière un arbre avec un large sourire en criant "Coucou"... Je lui saute au cou... Je suis tellement heureuse de le voir... Il me rebooste. Je ne laisserai pas mon dossard sur la première base de vie. Je repars.
Un gros morceau m'attend... Trois Cols entre 2500 et 2700... La pluie est là. Le terrain devient glissant et boueux... Tout ce que j'aime... 😫😫😫 Toujours ces nausées en montant... Mon mental se bat avec les éléments... Qui gagnera ??? 🤔 Pour l'instant il faut redescendre... Pas le droit d'abandonner ici, personne pour me prendre en charge...Je suis frigorifiée au col Saint-Bernard. Je me bâche avec tout l'attirail. Col des fenêtre, allez je redescends vers la deuxième base de vie. Le jour tombe. Les frontales s'allument... J'ai froid, j'ai les pieds boueux et trempés, la nausée ne me quitte plus... "Qu'est ce que je fous là ?!?!?" C'est décidé :Si mon Bernard est là, je rentre me coucher au chaud.... Quelques km avant Bourg Saint-Pierre mon Homme est là... Je me mets à pleurer... Je lui dis que je ne veux pas repartir.... Il ne dit rien et m'accompagne en m'écoutant raconter mon périple. Il me laisse à l'entrée du ravito et m'embrasse en me disant :"je t'attends à la sortie. Mange, change toi et on y va..." Je le regarde incrédule "Heu... Non, tu n'as pas compris... Je ne repars pas !!!" Je rentre dans le gymnase, comme un automate, je me mets au sec, avale un plat de pâte en virant la sauce trop salée et je décide de me faire masser le temps de réfléchir... Les heures d'entraînement, les concessions, les efforts demandés à mes proches et surtout à mon Bernard.... Je n'ai pas le droit de lâcher la course... Un tapotement sur le bras me réveille. Le massage est fini. Je prends mon sac, mes bâtons. J'embrasse mon Bernard et je repars. Les jambes sont toujours là, la nuit m'enveloppe et sèche mes larmes... Je suis le faisceau lumineux de ma frontale jusqu'au Col des Milles et j'attaque la descente vers Lourtier. Après un sigle boueux et casse-gueule abrupte, un interminable DFCI en pente douce serpente vers les lumières du village... Les problèmes commencent : je n'arrive plus à dérouler... Les jambes sont lourdes. Je n'arrive qu'à boire. Je ne mange plus. Ça ne passe plus... Il est là le cœur du problème... Bon, de toutes façons il faut descendre au ravito. Je ne vais pas rester au milieu de cette forêt... Je descends en trottinant comme je peux... J'irai sûrement plus vite en roulant... Je me sens toute gonfle 😳😳😳
Lourtier: il reste 13 km. "Tu ne vas pas laisser tomber là cocotte" Je prends le risque de gober un risotto... Je me force, au pire il ressortira🤢... Et je me dirige vers ce qu'on appelle "Le Mur" 1200 de D+ sur 4 km... Je mets mes dernières forces... Je pousse sur mes bâtons, mes quadris couinent.... Je guette les bip de ma montre qui m'annoncent chaque km.... et je ne lève surtout pas la tête pour voir où j'en suis...
La Chaux: ça y est j'ai fait le plus gros.... Reste 6 km avant la délivrance... Mon combat n'est pas fini... Je n'arrive plus à courir😭😭😭 Ça va être loooooonnnngggg !!!!! Le bougre nous fait virevolter au dessus de Verbier sur un sigle vallonné... Je suis exposée... Les larmes coulent ( et oui... Encore... J'aurai fait ma chouineuse sur ce coup là ... De toute façon je m'en fous... Je suis toute seule... 29h que je suis Toute seule....) "Je veux rentrer" 😭😭😭 Un DFCI indique Verbier tout droit, j'hésite quelques secondes à le prendre pour en finir mais je me ravisé et reprends mes petits fanions oranges.... Ça y est j'approche.... Au put...g... Une marre de boue incontournable juste avant le bitume.... Il faut vraiment arriver crotte de cette course😱😱😱 Aller, une dernière glissade sur les fesses et c'est la route... L'arche est là... J'essaye de courir mais j'ai plus l'impression d'être un pantin démantibulé... Le BIP de la FIN... Je ris, je pleure... C'est fini !!! Je suis dans les bras de mon Homme❤️
J'aurai beaucoup beaucoup appris autant pendant la préparation que lors de la réalisation de ce Trail.... J'ai découvert des ressources insoupçonnées. J'ai changé des interrogations en certitudes.... Je sais où je vais. La route fut douloureuse mais m'a mise en face-à-face avec moi-même....
VENI, VIDI, VICI 💪💪💪
Un GRAND MERCI à Mon Bernard chéri qui à subi mes entraînements, mes doutes, mes peurs et à assurer mon suivi pendant toute la course en apparessant au point stratégiques comme par magie pour que je sois Finisher..... 💕💞💖
À mes amis Anne Adb, Elsa, Damien, Ingrid & Sylvain, Jean-marie Titi, Willow..... Et bien d'autres.... (excusez moi si je ne vous nomme pas.... 🙏)
À ma kiné préférée Hélène qui s'est occupée de mon corps et de mon mental avec vitalité et douceur...
Et enfin, à mon coach JP Camm qui m'a appris beaucoup avec un plan d'entraînement et un suivi dépassant mes attentes. À présent, les chiffres parlent... 😉
Je repartirai sur les chemins bientôt... encore plus forte d'expérience....
NB: Il faut quand même le dire...😅 Ce trail est certes très, très exigeant de par son ratio D+/km et ses parties intermédiaires roulantes mais il est également MAGNIFIQUE avec des paysages dantesques et juste magiques...